No template found for module smartblog
Hérault - Domaine de la Marfée
Posté par     05-11-2020     Presse    0Commentaires
Hérault - Domaine de la Marfée

La fée nature sublimée

Thierry et Françoise Hasard, créateurs du domaine de la Marfée en 1997 à Murviel-lès-Montpellier, produisent un vin en biodynamie élégant et raffiné. De la comptabilité à la vigne, ces amoureux de la nature ont relevé le pari de la reconversion à force de travail et de passion.

La Marfée, nichée sur les collines de Murviel-lès-Montpellier, est l'histoire d'une heureuse reconversion. Celle de Thierry Hasard, expert-comptable de métier, et de sa compagne Françoise. Rien ne prédestinait le couple à produire un jour l'un des meilleurs vins du Languedoc. À la fois mariés et collaborateurs au sein d'un cabinet d'e×pertise-comptable à Montpellier, Thierry et Françoise se laissent guider par leur passion.

Culture bio et petits rendements

À force de visites dans les régions viticoles pendant les vacances et de dégustations chez les vignerons - une passion partagée avec l'un de ses frères - l'idée fait petit à petit son chemin dans la tête de Thierry. “Fasciné par la culture”, il troque les bilans comptables pour quelques pieds de vignes en 1996. Puis se lance dans l'aventure avec deux idées simples: “Cultiver en bio et produire de petits rendements”. Grâce à une annonce dans un journal spécialisé, il achète cinq hectares de vignes éparpillées dans les collines de Murviel, “comme de petits jardins à cultiver”. Un terroir caillouteux, au cœur du cru
Saint-Georges, classé en Grès de Montpellier. Son frère se lance aussi dans l'aventure à Mercurey. De quoi surprendre leur famille originaire des Ardennes. Leurs parents les avaient plus habitués aux balades en forêts qu'aux vignes entourées de garrigue.

Thierry Hasard reconstitue le vignoble en imposant sa vision à l'ancien propriétaire qui l'accompagne les premières années. Il dévore les livres et bénéficie de providentielles rencontres. Lise Font lui ouvre sa cave du Château de Fourques à Juvignac pour vinifier. “Quand on se lance, notre enthousiasme provoque la chance. On fait de belles rencontres”. Une fois le vin mis en barriques. Thierry et Françoise Hasard le transportent alors dans leur maison ä Montpellier où le rez-de-chaussée est transformé en cave climatisée. Des va-et-vient exténuants qui durent plus de dix ans!


Leur “vin de garage” rencontre son public sans tarder. Le couple double peu à peu la surface cultivée. Les Hasard ne se dispersent pas en matière de cépages. Le domaine, certifié bio en 2006, est constitué de syrah, mourvèdre, grenache et carignan pour le rouge, chardonnay, roussanne et vermentino pour le blanc. Leur rêve prend enfin forme en 2008 quand leur cave particulière sort de terre. La maison vient trois ans plus tard.

Finis les allers-retours incessants… Intéressé par le travail de Claude et Lydia Bourguignon, lanceurs d'alerte sur la pauvreté des sols en France, François Hasard se dirige spontanément vers la biodynamie. Après un stage avec Pierre Masson en Beaujolais, il acquiert un dynamiseur et se lance dans les recettes du Dr Steiner. Le vignoble, qui a doublé de surface au fil des ans, est conduit avec des composts biodynamiques, traitements à doses réduites, labours modérés, calendrier lunaire… “Beaucoup de vignes en hiver ressemblent à un cimetière, chez nous, on dirait un terrain de foot!”

Le vigneron s'est prêté à l'expérimentation menée par la Métropole de Montpellier. Des slips ont été plantés dans les vignes. Le but ? Voir le temps nécessaire pour que le coton se dégrade. Résultat: “Le tissu était très dégradé, le sol est hyper vivant.” Investi dans le label Biodyvin en tant que trésorier, Thierry Hasard ne perd pas une occasion de faire passer ses idées.ll est fier aujourd'hui d'expliquer que six des huit caves particulières de Murviel sont en bio. Engagée dans le Climathon, la commune dont Françoise Hasard est conseillère municipale multiplie les initiatives en faveur de l'environnement.

Thierry Hasard s'attache à magnifier le travail de la nature en cave. Les parcelles sont vinifiées séparément en cuve inox. Seul le mourvèdre est placé dans des œufs en béton.L'ensemble des vins vieillit deux ans en fût de chênes et demi-muids pour le blanc. La gamme comprend aujourd'hui quatre rouges et un blanc. Sans oublier une cuvée confidentielle en vendanges tardives joliment baptisée “Sugar baby love". De vins concentrés au début, le vigneron est passé à des vins plus structurés. La cuvée Della Francesca symbolise cette démarche. Toutes les cuvées affichent un point commun: la vivacité. C'est la marque de fabrique du Domaine de la Marfée. “On sent l'énergie et la dynamique en bouche, confirme le vigneron. On ne fait pas un vin d'œnologue. Notre vin nous ressemble.”

À 63 et 64 ans, Thierry et Françoise Hasard n'envisagent pas de passer la main. “On espère continuer aussi longtemps qu'on aura la santé”. Françoise gère le commercial, les expéditions et l'administratif. Thierry jongle entre les vignes et la cave. Le couple, toujours animé de la passion des débuts, ne renonce pas face à l'adversité. Même si certains millésimes, comme 2019, sont
plus difficiles. Le coup de chalumeau du 28 juin a touché 30 à 40 % de leurs vignes. Leur prochain défi: une cuvée en rosé. ll n'est jamais trop tard pour expérimenter ni pour donner du plaisir aux amateurs du Domaine de la Marfée.


DELLA FRANCESCA, UNE PROFONDEUR DE CHAMP
Grande cuvée du Domaine de la Marfée, Della Francesca est composé à 80% de mourvèdre et de syrah à 20%. Ce vin structuré offre volume et perspective tout comme les peintures du grand maître dela Renaissance italienne. “Piero Della Francesca est considéré comme celui qui a inventé l'art de la perspective dans la peinture. Le nom dela cuvée est un petit clin d'œil à cette notion de perspective, de lignes, de profondeur de champ, à laquelleje suis sensible dans la dégustation d'un vin”, explique Thierry Hasard. Des arômes de fruits noirs relevés par une note fraîche mentholée se révèlent sur la jeunesse. Le vin s'arrondit après quelques années avec des notes de sous-bois, gibier et truffe. Il se garde une quinzaine d'années ou plus.


EN CHIFFRES

5 - C'est le nombre de cuvées du Domaine de la Marfée. Quatre rouges, un blanc. Bientôt, un rosé.

7 - Comme le nombre de cépages. Syrah, mourvédre, grenache et carignan pour les rouges, chardonnay, roussanne et vermentino pour les blancs.

10 - C'est le nombre d'hectares du domaine. Un terroir caiilouteux et argilo-calcaire.

2008 - Date à laquelle le Domaine de la Marfée a eu sa propre cave de vinification.

20 000 - C'est le nombre de bouteilles vendues chaque année. Une production qui peut grimper jusqu'à 25 000 cols en fonction des millésimes. Chiffre d'affaires: 200 000€ environ.

30 - C'est en pourcentage le volume qui part à l'export essentiellement en Europe: Belgique, Suisse, Royaume-Uni et Luxembourg. Le reste de la production est écoulé dans le réseau traditionnel de cavistes et restaurateurs. Le vigneron participe aux salons organisés par Biodyvin, label bio.

Les grandes signatures du vin

Domaine de la Marfée

Partager cet article

Commentaires

Connectez-vous ou enregistrez-vous pour commenter